Certains s'interrogent sur les inégalités « à la naissance », en se demandant si l'hérédité n'est pas un facteur déterminant. La section à la quasi-unanimité affirme que cette affirmation est un argutie conservateur de droite dont l'objectif est de démontrer que les inégalités sont naturelles et donc justifiées. Ce qui n'empêche pas une forme de solidarité sociale mais celle-ci est s'apparente à de la charité sociale. Ce n'est donc pas une vision émancipatrice de l'homme.

Le débat sur les déterminismes met en évidence la complexité de la formation de l'esprit humain. Les déterminismes familiaux, sociaux, socio-culturels, régionaux …. sont très nombreux, contradictoires, paradoxaux.... Ils participent de façon complexe et aléatoire aux fonctionnements neurobiologiques du cerveau qui bien sûr façonneront le cerveau humain. Bien malin qui peut prédire le résultat et bien péremptoire celui qui peut l'affirmer. Mais cela ne signifie pas qu'il ne faille rien faire; l'éducation et la formation tout au long de la vie sont deux leviers essentiels que nous devons utiliser pour tendre vers « l'égalité réelle »

L'égalité est un projet de société qui ne peut se traiter qu'en agissant à la racine des causes. De ce point vue là l'égalité des chances est une forme d'inégalité (l'égalité des chances c'est celle du renard dans le poulailler) Le projet de société doit surtout s'attacher à l'égalité des conditions d'accès à l'égalité. L'égalité réelle est donc bien une fin en soi pour notre démocratie. La téléologie de l'égalité ne peut donc être conditionnée aux moyens, sinon c'est encore un prétexte pour ne pas agir pour ce qui devrait être fondamental.

On peut s'interroger si les inégalités sociales ne sont pas à l'origine des crises, crise économique et crise écologique. A force de nous expliquer que c'est le système qui produit les inégalités nous admettons qu'il sera très difficile de les réduire. Par contre si on inverse le raisonnement, c'est à dire que le système est une des conséquences des inégalités, on conclut qu'il est urgent d'agir contre les inégalités pour nous sauver des crises; la crise économique (et donc sociale) qui n'en finit pas de revenir tous les 10 ans et bientôt la crise des crises, c'est à dire la crise écologique.