L'austérité budgétaire mis en œuvre par le gouvernement aura des conséquences sur l'emploi.

Bon gré malgré les béquilles économiques mises en place par le gouvernement ont limité la casse des emplois.

Mais les pansements ne durent qu'un temps, désormais la dette de l'État est vertigineuse. Bien sûr des solutions justes existent pour ré-équilibrer les comptes de la nation mais le gouvernement de droite n'a certainement pas l'intention de pratiquer une politique de gauche. L'État va donc se contenter de serrer la vis des dépenses et sans état d'âme social.

Les amortisseurs dits sociaux ont joué pour partie leur rôle, mais ces dispositifs touchent à leurs fins. Nous pouvons déjà le constater; le nombre de chômeurs de longue durée a augmenté de 500000 personnes depuis 2008, le nombre des temps partiels subis a augmenté de 200000 personnes...etc

D'autre part, depuis 2008 les entreprises sont en surcapacité de production, le besoin d'investissement n'est donc pas justifié. Il ne faut donc pas s'attendre à des dépenses d'investissement dont on suppose qu'elles peuvent créer des emplois. De plus, celles-ci sont dans l'obligation de restaurer leur capacité productive (productivité en baisse depuis la crise) pour faire face à la concurrence. In fine il ne faut pas s'attendre à des miracles du côté des emplois et du pouvoir d'achat des ménages.

En conclusion l'austérité décidée par la droite pour combler le déficit, et présentée comme une sage vertu, aura des conséquences logiques; augmentation du chômage structurel, augmentation des petits boulots, diminution des emplois, baisse du pouvoir d'achat …ce qui implique une baisse des revenus et des recettes fiscales. Au grand final cela revient à creuser encore plus le trou. Autrement dit, la droite pour boucher le trou propose de le creuser !! très fort !