Deux tonnes de CO2 émis chaque année par chaque Français pour se déplacer.

Comme on pouvait s'en douter ce sont les classes supérieures qui émettent le plus (3 fois plus que les plus pauvres) et les classes moyennes (revenus mensuels supérieurs à 4500€)

Surprise !

Depuis qu'on en parle, nous aurions pu penser que les émissions de CO2 liées au transport aient baissé or elles ont augmenté de 22% depuis 1994 ! la bagnole représente 96% de ces rejets. Pourtant nos automobiles sont de plus en plus « propres » Le hic ! est que ces progrès techniques sont largement compensés par l'augmentation du kilométrage moyen et d'autre part par l'augmentation du nombre de véhicules par ménage; le trajet quotidien moyen est passé de 17,4 kms par habitant en 1982 à 25,2 kms en 2008 et le nombre de ménages disposant de 2 voitures est passé de 23% à 36%. Plus surprenant, contrairement à ce que l'on imagine le taux d'occupation des voitures a baissé de 1,5 personnes en 1994 à 1,4 en 2008.

Bref cela ne s'arrange pas malgré les avertissements.

Mais pourquoi donc ?

Une raison principale, le rêve franco-français de la maison individuelle qui implique des modes de vie essentiellement automobile, mode de vie qui couple aussi les loisirs de consommation. Ce mode de vie « rêvé » se paie au prix fort et se paiera de plus en plus cher car il nécessite de plus en plus de foncier et des trajets de plus en plus long. Enfin le discours sur le prix élevé du foncier est un argument trop facile (un alibi !) qui n'explique pas le problème dans toute sa complexité sociologique.