Ras le bol que chaque progrès social soit vilipendé comme si l'amélioration du bien être était un problème pour la société. Les 35h focalisent un vieux débat sur le travail. Je fais parti de ceux qui considèrent que le droit au travail est un droit fondamental qui devrait être inscrit dans la constitution. Or le débat est manipulé,  l'emploi est détruit massivement par ceux qui affirment que ceux qui ne travaillent pas seraient des assistés qui veulent profiter du système. Ceux qui survivent avec le RSA ou avec un SMIC apprécieront ces démonstrations scandaleuses.

A qui profitent les 35h ?

En premier lieu aux entreprises ! Et oui ! En moyenne un emploi Français produit pour 76 000 € de richesses contre 62 000 pour un Allemand, 59 000 pour un Anglais. Les Français sont les plus productifs au monde car les 35h ont eu un effet positif pour les entreprises; elles ont permis d'augmenter la durée d'utilisation des équipements industriels et donc de produire plus, d'autre part elles ont facilité l'optimisation des cycles de travail (en effet le salarié peut être au travail durant 50h et travailler effectivement 25h) En contre partie les salariés ont du accepter des conditions de travail plus difficiles notamment une productivité beaucoup plus forte.

D'autre part, contrairement à ce qui est affirmé par les idéologues arriérés, les 35h n'ont pas pesé davantage sur le coût du travail puisque ce surcoût a été pris en charge par les finances publiques. Si bien que entre 1998 et 2001 350 000 emplois ont été créés directement par les 35h. De plus, ces emplois créés ont initié une dynamique économique qui a vu la création de 1 900 000 emplois sur cette période. Qui dit mieux ? La droite ? Ou bien avec le signe négatif (-) !

Au final les 35h profitent d'abord aux entreprises et ont permis de créer plus de 2 millions d'emplois. Néanmoins le coût du travail est élevé mais ce ne sont pas les 35h qui en sont la cause. C'est un problème ancien qui fait reposer les financements sociaux sur le travail plutôt que sur les profits spéculatifs.